Carnet de route

Randonnée de Saint Gengoux-le-National

Le 26/02/2021 par Truffet Géraldine

Randonnée du19 février 2020/ Saint-Gengoux-le-National, Viaduc de Crainseny, Culles-les-Roches, la Rochette, Burnand, le Mont Péjus, Saint-Martin-de-Croix, Mont Saint-Roch.

 

A l’heure habituelle de rendez-vous, nous débutons la randonnée, prévue cette fois sur la journée, par les charmantes ruelles pavées de la cité médiévale où nous découvrons tour à tour le lavoir, la maison de bois, l’église (1120), les remparts, le pontet... il faudrait y consacrer une visite dédiée.

Au fil du temps, la double tutelle de l'abbaye de Cluny et du roi de France (Louis VII) a conduit le village à son enrichissement et un accroissement de la population. Les habitants se nomment les Jouvencelles et les Jouvenceaux depuis le changement de nom de la cité en 1793 (la cité est passée de St Gengoux le Royal à Jouvence avant de porter son nom actuel).

Nous empruntons vers l’est un chemin longeant les vignes jusqu’au Montgoubot, ancien château fort dont il ne reste qu'une tour, puis gagnons les bois vers le nord où nous découvrons une doline puis, en levant les yeux, l’imposant viaduc de Crainseny jusque là camouflé par les arbres (228 m de long pour 23 m de haut). Il permettait dès la fin du XIXe siècle, à la voie de chemin de fer reliant Saint-Gengoux à Montchanin de franchir la vallée de Crainseny entre Etiveau et Culles-les-Roches, village que nous rejoignons en l’empruntant.

Au pied des roches, un chemin escarpé et rocheux mais sec, entre les buis, nous permet d’atteindre la grotte et son joli panorama. Les plus curieux descendent la 30aine de mètres de la faille en s’aidant d’une corde. Nous montons encore quelques dizaines de mètres afin de rejoindre la partie haute et plane surplombant le site d’escalade, ancienne carrière calcaire. Une 40aine de voies sont praticables.

Notre boucle se poursuit en quittant le village par le sud et nous bifurquons dans le bois qui nous mène directement…. en Corse. Le sentier aménagé longe le ruisseau de la Mouille, aux eaux claires alternant entre calme et méandres rapides à travers les rochers, on s’y croirait. De surprise en surprise nous arrivons jusqu’à l’ancienne gare puis regagnons les bois où nous nous installerons le temps d’un rapide pique-nique, avant de reprendre la route en direction de Saint-Maurice-des-Champs. Au hameau de la Rochette, se trouve une jolie chapelle du XIIIème siècle ainsi qu'un imposant château du XV/XVIème siècle.

Toujours vers le sud, nous parcourons encore quelques kilomètres pour atteindre le village de Burnand et son château du XIIIème siècle remanié aux XIXème et XXème pour arborer d’impressionnantes toitures polychromes et tourelles en surplomb. Notre route recèle de nombreux joyaux mais nous savons aussi qu’il faudra fournir encore quelques efforts. A proximité du village nous entamons la montée vers le Mont Péjus, 354 m (à prononcer Mont P'jus !) classé au site Natura 2000. Ses pelouses sèches sont connues pour leur biodiversité riche tant sur le plan de la faune que de la flore. Il est apprécié également des amateurs de parapente.

Du haut du Mont, nous apercevons notre prochain objectif, le Mont Saint Roch et la statue de la Vierge érigée en 1868 surplombant le village de Saint-Gengoux, dernière étape avant notre retour. Pour atteindre ce dernier point de vue, nous traversons une très belle forêt de cèdres recouverte au sol d’un tapis de mousse verte et un chemin tapissé d’épines.

Nous profitons une dernière fois du panorama et regagnons la « promenade », un peu fatigués mais enchantés par la diversité de cet itinéraire. Environ 27 km parcourus et 750 m (?) de dénivelé.

Merci à Francis d’avoir préparé ce parcours original qui donne envie à beaucoup d’entre nous de revenir sur nos pas, autant pour le patrimoine que les paysages.

CLUB ALPIN FRANCAIS TOURNUS
8 PLACE CARNOT
71700  TOURNUS
Permanences :
2eme et 4eme jeudi du mois à 20 h 30